Remontons le temps. À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, l’art du jardin est en pleine mutation.

Les paysagistes se détournent des dessins rectilignes des jardins à la française pour se tourner vers les jardins à l’anglaise ou jardins romantiques, savamment orchestrés par l’homme pour — lors de la promenade — y provoquer des émotions et un effet de surprise au détour d’arbres remarquables, de bosquets touffus, de grottes, de petits ponts ou de kiosques.

C’est à la fin du XVIIIe siècle que Jacques Berthault acquiert aux Fontaines 28 hectares de terres. Son fils, Louis Martin Berthault, architecte, décorateur et surtout paysagiste (notamment de l’impératrice Eugénie) le transformera en un jardin romantique, dont on devine encore aujourd’hui la fraîcheur et l’âme.

Plus de 200 ans plus tard, on peut toujours faire le tour de l’étang, en admirer les îlots, emprunter les passerelles et découvrir des grottes.

Lors de votre séjour sur le Campus, prenez un moment pour emprunter ces allées sinueuses, partez à la découverte des traces encore présentes du jardin romantique de Berthault et laissez-vous aller à la contemplation de la nature et du charme qui s’en dégage.