Art de vivre et partage du savoir : l’héritage Rothschild

Le XIXème siècle touche presque à sa fin lorsque le baron James Edouard de Rothschild tombe amoureux du site des Fontaines, vaste jardin romantique au nord de Paris. Il initie alors les travaux du château.

La famille Rothschild, qui avait la passion de construire, créera ce que l’on nomme aujourd’hui « le goût Rothschild », des demeures aux savants mélanges de style Renaissance et Victorien. Le château du Campus mêle par exemple une façade de style néo-Louis XIII, des tourelles de style néo-gothique rappelant l’architecture des bâtiments de la Place des Vosges à Paris et une influence victorienne avec les bow-window, fenêtres disposées en baie arquée. Petite touche régionale, faisant écho à l’engouement de la haute-société parisienne pour les stations balnéaires normandes à la fin du XIXème siècle, la Ferme Normande – charmante demeure à colombages inspirée des villas de Deauville, ajoute une touche bucolique au cœur du parc et ravit les visiteurs qui viennent y travailler ou déjeuner lors de leurs événements professionnels.

Bâtisseurs… mais aussi mécènes

La Baronne de Rothschild, achevant les travaux du château après la mort de son mari, consacre sa vie aux bonnes œuvres en créant un hôpital, des écoles et des services sociaux à Gouvieux, puis lègue le domaine des Fontaines à son fils Henri.
Celui-ci hérite des 2 passions de ses parents : la médecine et les livres anciens. Il co-fonde la Ligue contre le cancer et ouvre en parallèle une bibliothèque à Gouvieux, tout en chérissant celle constituée patiemment par son père.

150 ans après la naissance du château, le Campus des Fontaines poursuit encore l’œuvre de la famille Rothschild. En s’attachant au partage du savoir et de la connaissance, et en ayant un engagement citoyen, en particulier en faveur de l’environnement, il fait perdurer l’âme et la vocation première du site auxquelles celui-ci semblait prédestiné.

Suggestions