Les Rothschild aux Fontaines

Château-Rotschild-Les-Fontaines

L’histoire du château, d’une façade…

La construction du château a été commandée par le Baron James de Rothschild lorsqu’il acheta le domaine en 1878. Il était à la recherche d’une résidence à la campagne proche de Paris, pour s’y détendre et y organiser des réceptions. Chantilly était alors déjà desservie par le train (depuis 1859) sur la liaison Paris-Lille. Le trajet Paris Gare du Nord – Chantilly durait 45 min alors qu’il n’est plus que de 23 min en TER aujourd’hui.

Côté prairie, nous sommes ici côté Est et la disposition des baies du rez-de-chaussée, appelée bow-window, des pavillons latéraux reflète une influence anglaise, qui s’explique par l’origine britannique du Baron James.

Le château se distingue également par son architecture métallique de type Eiffel, qui lui donne une grande stabilité – déjà à l’époque ce site était un lieu d’innovation, de partage et de mécénat.

Malheureusement, le baron mourut 3 ans après le lancement des travaux et ne vit jamais la réalisation de son projet qui s’acheva en 1882. La baronne poursuivit seule la construction du château ainsi que celle de la Ferme Normande, prévue à l’origine pour son fils, qu’elle destinait à des études en agronomie.

A l’époque des Rothschild, l’entrée principale du domaine se faisait par les Tourelles.

Nous vous invitons à passer de l’autre côté du château.

… à l’autre

Nous sommes maintenant côté Ouest.

Cette façade évoque le style néo-Louis XIII. Elle est coiffée de hautes toitures indépendantes à la française. Des tourelles cylindriques ajoutent à l’ensemble une note de style néo-gothique. Le décor évoque l’architecture des maisons de la Place des Vosges ou de la Place Dauphine, de l’époque d’Henri IV.

Au centre du bâtiment, au-dessus de l’entrée, se trouve le blason de la famille Rothschild avec ses 5 flèches, une pour chacune des 5 branches.

La toiture, l’escalier monumental et les boiseries du 1er étage sont classés aux Monuments Historiques depuis 1999.

La Baronne s’investit beaucoup dans la vie locale : création d’écoles, de bibliothèques et d’hôpitaux à Gouvieux et à Berck-sur-Mer. Pendant la Première Guerre Mondiale, elle s’investit elle-même dans les soins donnés aux blessés. Elle meurt en 1931. Aujourd’hui, une rue porte toujours son nom à Gouvieux.

Elle lègue Les Fontaines à son fils, Henri, médecin et dramaturge qui préférera s’établir à Paris et ne viendra qu’occasionnellement au Domaine.

Auparavant en 1911, sa sœur, Jeanne, s’est fait construire le château de Montvillargenne (situé à 2 kms des Fontaines) qui rappelle le style de celui des Fontaines. Elle meurt en 1929.

 

Poursuivez votre découverte du domaine des Fontaines :